vendredi 31 août 2012

Actu:Associons les communes à la politique de sécurité

Chronique Par Emilie Thérouin, adjointe au maire d'Amiens (EELV), en charge de la sécurité et de la prévention des risques urbains.

Il apparaît que l'Etat, d'une part, continue à se comporter comme donneur d'ordres alors que les communes financent les choix définis en hauts lieux – renforcement des prérogatives des policiers municipaux et promotion aveugle de la vidéosurveillance – et, d'autre part, qu'il se désinvestit avec l'application de la RGPP dans la police nationale et la gendarmerie.


la vidéosurveillance doit être abandonnée, car elle est peu efficiente pour prévenir la délinquance, attentatoire aux libertés publiques et consommatrice de crédits publics et de personnels.

Même certaines villes s'en servent pour rentrer du fric dans leurs caisses.

La prévention ne saurait être efficace qu'assortie d'une présence humaine "de terrain", dissuasive et rassurante

Etre présent sur le terrain est la fonction première des Forces de l'Ordre et non d'être des auxiliaires fiscaux pour racketter sans aucune limite les automobilistes.

@+

Libellés : , ,

3 commentaires:

À 31 août 2012 à 16:58 , Anonymous Cadoetik a dit...

Pertinent ce billet court mais direct. La vidéosurveillance est une question centrale de beaucoup de communes, qui ne savent pas comment se comporter face à cela. Entre les extrêmes de Londres, la ville la plus vidéo surveillée du monde, et des villes ou la sécurité est assurée de manière intelligente sur le terrain... pas évident de savoir ce qui est bon et le plus respectueux des citoyens.

 
À 1 septembre 2012 à 11:26 , Blogger Garde.Environnement a dit...

Bjr,

Merci de votre retour.

La vidéosurveillance ne peut et est qu'un moyen dans la chaîne de la sécurité et non la panacée à la délinquance.

Tant qu'il n'y a pas une suivi humain + présence & intervention humaines, ce n'est que du vent.

L'ancien gouvernement croyait qu'il pouvait remplacer l'homme par la machine (histoire d'économiser des impôts pour se les réattribuer pour leurs propres dépenses) la désillusion pointe son nez...

Leurs arguments n'étaient qu'attrappe-nigauds et "attrape-impôts".

Les contribuables en ont pour leurs frais...

@+

 
À 1 septembre 2012 à 12:05 , Blogger Garde.Environnement a dit...

N.B.:
Je propose de déduire de l'impôt à payer la part de salaire versé au fonctionnaire Sarkozy, qui, après avoir obtenu de mauvais résultats en matière
de lutte contre la délinquance et a gaspillé l'argent du contribuable français pour ses caprices personnels.

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil