dimanche 16 septembre 2012

Chronique: Réponse à un journaliste sur l'invasion de gens du voyage

Monsieur le journaliste,

Je tiens à vous interpeller car vous êtes venu le 03.09.2012 sur Glandouillis-Les-Bains constater la présence des gens du voyage lors de leur intrusion sur les terrains de sport du Parc de Tataouine.

Vous seriez revenu le lendemain le Jeudi vous auriez noté, à nouveau, une occupation massive d'une centaine de caravanes supplémentaires.

Au minimum 4 personnes par famille, je vous laisse multiplier le nombre d'individus dans cet espace restreint.

Dans votre article, vous n'avez pas évoqué comment ces tziganes (le nom dont ils s'attribuent) ont:

1)pénétré en forcant et cassant les dispositifs qui les génaient pour leur intrusion avec leurs véhicules, caravanes et remorques.

Les réparations de ceux-ci seront payées par les Glandouillis-Les-Bainsais

Peut-être les avez-vous consultés dans la journée pour rédiger votre article mais sans doute pas la nuit.

Dommage...

Vous auriez pu relever une autre facette de ces personnages:

2)ils auraient pu vous amener avec eux chasser illicitement les canards des parcs.

Si vous n'aimez pas le canard, le braconnage des hérissons (animal protégé dans toute la Communauté Européenne et par la Convention de Washington) est aussi pour eux un plaisir.

Encore plus de le manger!

Facile de se balader avec un carton et ramasser ces bêtes sans défense.


Vous n'aimez pas le gibier?

Que cela tienne, la pêche de nuit même si elle est interdite, ramènera des poissons et anguilles dans la poêle.

Pour la carte de pêche, ce n'est pas la peine de l'acquérir, les pêcheurs officiels paieront à leur place.

3)ne pas oublier le raccordement illicite aux points d'eau pour laver les caravanes.


Il va de soi que le paiement de cet usage clandestin sera à nouveau payé par les contribuables.

4)Qui paiera la rhéabilitation des terrains après les moultes allées et venues des véhicules?


5)le clou restera la prise en "flag" des femmes comme des hommes de cette communauté en train de déposer urines et étrons sur le parc d'en face.


Sans omettre, les nombreux "parchemins maculés" les entourant.

J'ai vu et pris sur le vif plus d'unes et d'uns tziganes, relever robes et baisser les pantalons pour procéder à leur besoins.

Pour ces nomades, il est sans doute plus aisé de souiller chez les autres que de nettoyer chez soi et d'utiliser ses propres toilettes dans les caravanes.

Je n'ai pas calculé le nombre d'excréments et de papiers toilette que j'ai été contraint de ramasser afin de laisser l'environnement propre.

Je vous aurais bien proposé de m'accompagner dans cette tâche de nettoyage afin que vous puissiez rétablir, par une autre pige, les éléments attestés sur place.

Car les paroles de certains sont en opposition absolue à leurs propres actes.

Il est facheux que vous ayez rapporté celles-ci sans observer les actes dissimulés.

Après les belles paroles des uns, il me semble temps de rétablir les faits vérifiables.

6)Pour conclure, je dois vous informer que des agents municipaux et privés ont été visés par des menaces de mort par ces si "gentils tziganes" car en leur rappelant la Loi, cela entravait leurs agissements irrespectueux et illicites.

N.d.A:


Je tiens à vous préciser qu'en qualité de blogueur, j'ai édité cet article sur ma page web.

Toutefois mon droit de réserve a supprimé le nom de la ville où j'officie.

Si vous désirez user de votre droit de réponse, cela va de soi que cela paraîtra.

Libellés : , , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil