mercredi 15 mai 2013

L'extrémisme écologique n'a pas de sexe

La décennie en cours, je constate que le/la français(e) est contre tout.

Tout sujet, il est ou elle est contre.

Le fumeur est désigné du doigt comme un pestiféré mais il paie doublement en taxes ce qu'il coutera pour d'éventuels soins.

Je suis non-fumeur mais je suis contre ce rabaissement des libertés.

Nous sommes théoriquement munis d'une intelligence, nous devrions pouvoir être fair-play et pouvoir nous entendre entre le plaisir de l'un et le respect de l'autre.

Si tous les fumeurs arrêtaient de fumer et de contribuer par les taxes à combler les trous de la sécurité sociale, nos politiques si prompts à l'imposition mettraient en place un énième impôt que même les "contre" paieraient.

J'ai rencontré sur les réseaux sociaux une pseudo-écologiste extrémiste qui est contre la chasse, planquée au chaud derrière son écran, elle fustige à tout va les chasseurs.

Je ne suis pas chasseur mais cet extrémisme du "contre tout" m'a surpris car je pensais que la bêtise humaine touchait moins la population féminine.

Que nenni!!!

Les faits vérifiables que ce sont les chasseurs qui paient par leurs cotisations les dégats occasionnés par les animaux sauvages et que les chasseurs eux-mêmes mettent en place des zones de protection pour le repeuplement du gibier ne semblent pas lui avoir atteint une seule neurone.

Aller sur le terrain pour constater que les chasseurs ne sont plus des imbéciles et qu'ils sont conscients que s'ils veulent continuer la chasse, ils doivent s'occuper de la préservation des espèces.

Mais à ses yeux d' écolo citadin, seul son aveuglement extrémiste comble son désir de vengeance.

Comme quoi manger des carottes et avoir sa carte de membre à un parti vert peut donner des aigreurs féminines.

@+

Libellés : , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil